« 3 minutes à méditer »

Christophe ANDRE

Editions l’Iconoclaste

Le jour de mes quarante cinq ans, lors d’un séjour à Barcelone, j’ai soudainement perdu pied, mon coeur s’est emballé, des fourmillements ont envahi l’extrémité de mes membres, j’ai cru, l’espace d’un instant, que ma vie prenait fin ici, dans ce miteux restaurant pour touristes.

Je ne suis pas morte, preuve en est, puisque je vous écris aujourd’hui ; j’ai fait ce que l’on appelle dans le jargon médical, une attaque de panique, où tout vacille, la terrible impression de ne plus rien contrôler, que l’on va s’effondrer d’une minute à l’autre.

Le psychiatre qui me reçoit aujourd’hui évoque le début d’une dépression. Quoi ? Comment ? Qu’ouis-je ? Mais j’étais en vacances, je n’ai aucune raison de faire une dépression ! Justement, me dit monsieur le psychiatre, en vacances, le corps et l’esprit se relâchent et c’est là qu’ils disent « stop », ils sonnent l’alerte.

J’avoue ne jamais avoir compris les personnes en état de dépression, j’ai toujours pensé qu’il y a toujours une raison d’aimer la vie coûte que coûte. Mais l’esprit ne fonctionne pas comme cela, les chocs, les blessures enfouies ressurgissent un jour .. Le vide existentiel est soudain, il ne prévient pas ou bien, nous n’y prêtons pas attention, pris dans le flot du quotidien (métro, boulot, dodo). Ce goût de plus rien, je le refuse, je ne resterai pas dans cet état, la vie est trop courte ! Je dois reprendre le contrôle de ma vie.

Je comprends, madame, me dit le psychiatre, mais votre corps et votre esprit vous demandent de les écouter, de comprendre, de vous recentrer, de chercher la ou les causes de votre mal être actuel. L’esprit est complexe, il est à prendre au sérieux et vous devrez certainement changer quelque chose dans votre vie.

Dans l’urgence, en attendant de rencontrer un spécialiste de l’esprit, et surtout pour éviter la prise de médicaments, j’ai choisi de pratiquer la méditation avec l’ouvrage de Christophe André et ses « 3 minutes à méditer ». Pourquoi Christophe André ? Parce que son parcours m’intéresse, parce qu’il est accessible à tous, parce que sa voix m’apaise. Je fais fi du jugement d’autrui qui rejète en bloc tous les livres de développement personnel. Si ces quelques minutes à méditer me font du bien, au diable les idées reçues !

« Ce n’est plus d’être heureux que je souhaite maintenant, mais d’être conscient. » Albert CAMUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *